SSi-Conseil Sécurité des Systèmes d'Information
Accueil SSi-Conseil
Accès privilégié
SSI-Conseil
>Enjeux & Risques
Enjeux de la SSI
Risques
>Consulting Sécurité
Démarche Sécurité
Schéma Directeur SSI
Management SSI
Gestion opérationnelle
Communication SSI
>Gestion de Risques
Risk Management
>ISO 27000
ISO 27000
>Continuité d'Activité
Continuité d'Activité
>Services & Assistance
Assistance / Conseil SSi
TPE PME/PMI
>Formation
Formations
>Plus
Liens utiles
Auto-diagnostic SSi
Alertes Virus
Outils gratuits en ligne
Recherche avancée
Download zone
Legal crédits & ©
Glossaire
Plan du Site
>Partenaires
Ysosecure
Janua
Groupe-Stédia
BCP-Expert
Syndicate
Jeudi 17 Avril 2014
Advertisement
Le capital réputation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
18-11-2005
La réputation est devenue une valeur économique à part entière (1).
Longue à bâtir, délicate à cultiver, la réputation est un patrimoine moral et financier que chacun pressent tout en reconnaissant la difficulté de sa mesure.
Il existe pourtant une valeur de la réputation que les Américains mesurent sous diverses formes et on se rendra compte de l'ampleur du phénomène en consultant utilement le site Français de l'Observatoire de la Réputation qui étudie cet indicateur depuis 7 ans à l'initiative de Jean-Pierre PIOTET.

Le récent exemple de la privatisation partielle d'EDF montre qu'une entreprise (dont le personnel a construit l' excellente réputation par son attitude exemplaire lors de la crise liée aux tempêtes de 99 ) peut prétendre au plus haut de la fourchette de sa cotation (32 et 33 €) lors de sa mise sur le marché.
Le goodwill de la réputation vient consolider la valeur boursière de l'entreprise.

On comprend (sans peine ? (2)) toute l'attention que les dirigeants vont devoir porter à la préparation de leur entreprise aux plans de continuité d'activité d'une part et au management de la sécurité des informations et des systèmes d'information d'autre part pour préserver leur Capital Réputation en cas de sinistre ou de crise.
« On ne savait pas » n’est plus aujourd’hui une réponse recevable lorsque l’entreprise est confrontée à une crise. Incident ou accident, coupable ou non, l’entreprise est de toute façon responsable, sinon sur le plan juridique, pour le moins aux yeux du tribunal de l’opinion.
Le risque lié à la réputation ne se transfert pas : La sous-traitance ou l'outsourcing ne mettent pas à l'abri les entreprises des risques d'image (voire des risques juridiques en cas d'outsourcing dans un pays plus permissif en terme de sécurité des informations). En cas de sinistre, il y a de grandes chances pour que l'impact d'image frappe l'entreprise en priorité par rapport à son sous-traitant. Les entreprises devront donc renforcer leur politique de sécurité en veillant à introduire dans les accords de sous-traitance des clauses obligeant les sous-traitants à une conformité en matière de sécurité. Une référence : la certification ISO 27001 des partenaires.

(1)Le classement Brandz Top 100 most powerful Brands (PDF) repose sur une analyse combinant des facteurs financiers de la société à sa cote de popularité parmi les clients et les consommateurs.

(2)d'après l'enquête Hill & Knowlton auprès de 1000 dirigeants internationaux, il s'avère que, comparés à leurs homologues internationaux, les dirigeants français sont :
  • moins attentifs à l'impact de la réputation personnelle du Président sur celle de l'entreprise,
  • ceux qui attachent plus d'importance au leadership pour promouvoir la réputation de leur entreprise,
  • ceux qui prennent le moins en compte le risque du média Internet pour la réputation de leur entreprise.

Dernière mise à jour : ( 23-05-2011 )
< Précédent   Suivant >
Copyright 2005-2014 SSi-Conseil
Mambo Free Software released under the GNU/GPL License.